mardi 5 février 2013

L'INSTITUT ET LE PONT DES ARTS - PARIS - VIème arrondissement.

Quai de Conti (6ème arrondissement).

C'est un lieu touristique abondamment décrit par des personnages plus doués que moi et cependant je ne peux faire autrement que de poster un article sur le sujet ; comment résister à un paysage pareil ?
J'y reviens dès que je le peux et je ne m'en lasse jamais. D'ailleurs, dans mes messages précédents, je n'ai pas manqué de faire des commentaires plus ou moins directement sur ce sujet.
J'ai pris des photos du Pont des Arts un peu sous tous les angles.
Quant à l'Institut, je le trouve insaisissable; est-ce à cause de son orientation plein nord? En effet, il n'est pratiquement jamais éclairé par le soleil (sauf autour du solstice d'été). Du coup, je n'arrive jamais à en avoir des photos correctes.


Pourtant, un jour de septembre, lors des Journées du Patrimoine, j'ai pu saisir ceci :
Ayant pu pénétrer dans la bibliothèque j'ai aussi découvert cette salle magnifique où l'atmosphère qui régnait ce jour là ne devait pas ressembler à ce qu'on trouve habituellement.

Vu du du quai d'en face, le paysage est plus harmonieux et rend au bâtiment toute sa noblesse.

Là où s'élevait jadis la Tour de Nesle, Le Vau, architecte du Roy conçut les plans du Collège des Quatre-Nations futur Institut de France.



L'Institut de France regroupe les cinq académies et n'est pas seulement propriétaire de ce bâtiment mais aussi du château de Chantilly, immense domaine que lui a légué le Duc d'Aumale (oui, celui de mon article précédent : l'amant de Léonide).

Et le Pont des Arts?  Le voici :

On s'aperçoit que le soleil même l'hiver n'est pas tout à fait étranger à l'intérêt que présentent les photos. Il fait briller les cadenas d'amour; et le pont semble incrusté d'or.





Et depuis ce pont, on peut voir, rive droite, le Louvre, rive gauche, l'Institut, vers l'amont le Pont-Neuf et la Cité, vers l'aval le Pont du Carrousel et le Musée d'Orsay.


Pas de doute, si par malheur, je devais vivre un jour sous les ponts, je sais lequel je choisirai.

A propos des cadenas, il a fallu un jour les retirer pour des raisons de sécurité. Ils auraient constitué un poids supplémentaire de 45 tonnes. S'ils ne risquaient pas de faire écrouler le pont, il pouvait se produire des accidents lorsque des grilles du parapet auraient cédé.

Alors, maintenant, ce sont des plaques de verre qui ont remplacé les grilles. Pourtant, les irréductibles continuent à venir accrocher leur amour à tout ce qu'ils trouvent, comme les lampadaires qui se trouvent décorés comme des arbres de Noël avec leurs guirlandes de cadenas.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire